mardi 18 mars 2014

Aiguille du Chardonnet, Couloir Sud Ouest des trois chardons

Lundi 17 et Mardi 18 mars 2014, nouvel itinéraire à ski au Chardonnet 3824m. Depuis le sommet des grands montets quand on regarde la face Sud Ouest de l'aiguille du Chardonnet on peut voir un couloir qui attire l'oeil des skieurs de montagne, il a d'ailleurs déjà été skié et représente à lui seul un beau projet de descente à ski. Il s'appelle le couloir Sud Ouest du glacier du Trident, Il fait 400m orienté Ouest. L'idée pour moi était de skier ce couloir mais en partant du sommet du Chardonnet... Il fallait donc trouvé un chemin!
C'est Lundi 17 Mars en solo que j'ai résolu le mystère de cette descente, l'idée était de pouvoir rejoindre le couloir sud du Chardonnet par des vires ou rampes si possible skiable, exposées EST ces rampes sont enneigées mais reste à savoir si elles résistent au passage d'un skieur! Une traversée en alpinisme de 50m s'avère obligatoire pour rejoindre le Couloir Sud qui rejoint directement le sommet. Arrivé dans l'après midi à cet endroit j'ai jugé trop dangereux de poursuivre mon ascension à cause de la chaleur. Je suis donc descendu en skiant la partie la plus technique de cet itinéraire. 
Mais cette descente ce devait de partir du sommet du Chardonnet et j'avais envie de partager ce moment avec mes amis. 
C'est donc le lendemain le mardi 18 mars, accompagné de Jonathan Félisaz, l'ami de pleins d'aventures en montagnes à ski et en escalade mais surtout un des meilleurs skieurs que je connaisse que nous avons réalisé cette descente intégrale et à mes yeux unique en son genre. Plusieurs grosses difficultés liées à trois expositions de pente différente, Ouest, Est, Sud. Le bas du couloir sud est barré d'un ressaut en glace, d'une hauteur de 5m il nous à obligé à utiliser la corde. Cela reste cependant une ligne qui compte au total 850m de ski... Une ballade au coeur des Chardons du Chardonnet!













mercredi 12 mars 2014

Gros Béchard Face Nord





Lundi 10 Mars 2014, accompagné de mon collègue entraineur de ski alpin au Club des sports d'Argentière, Jérémy Audibert nous avons skié la face Nord du Gros Béchard.
Ce sommet est à l'ombre de l'aiguille du goûter et c'est comme si elle n'existait pas! Pourtant cela fait bien 700m de haut et offre une possibilité de descente exceptionnelle.
Première descente connue de cet itinéraire.
L'accès à cette descente est problématique et exposé au chutes de séracs du glacier de Taconnaz.
Nous sommes partis à 5h30 du tremplin des bossons et avons remonté la rive droite du glacier de Taconnaz. La traversée qui amène au pied du couloir est une multitudes de morceaux de glace qui apparemment tombe fréquement! Ouf pas lors de notre passage...
Nous sommes arrivés au sommet après 5h d'effort dans de la neige très légère, poudreuse mais sans consistance. On à eu quelques hésitations en voyant que l'on grimpait sur des dalles et on doutait de la fiabilité de cette neige lors de la descente.

Fort heureusement nous avons eu à la descente assez de portance grâce à la largeur de nos skis. ( Dynastar Alti 85 ).
En résumé une descente esthétique et nouvelle qui part d'un sommet, sans utiliser de rappel. Plusieurs bémol liée à l'accès, aux conditions de neige ainsi qu'aux multiples sections de dalles exposées au dessus de barres rocheuses. ça m'a fais pensé au Aravis... 



dimanche 30 juin 2013

Retour sur une belle saison de ski


Cette saison a été riche de nouvelles descentes! Les conditions d'enneigement ont été exceptionnel certes, mais je crois que c'est d'autres facteurs qui m'on permis de réaliser autant de chose! 
L'experience acquise au fil des années en montagne dans le massif du mont blanc! Je suis certains et conscient que je n'aurais pas pu réaliser autant de nouvelles descentes il y a 5 ans! Cet hiver j'étais prêt, entraîné, motivé, débordant d'idée!

D'une part les rencontres, Rémy Lécluse l'an passé et cet hiver Pierre Tardivel! Le faîte d'avoir eu la chance d'échanger avec ces deux grands noms du ski de montagne m'a amené une autre vision, une autre pensée des lignes! Le but n'est pas de rechercher la pente la plus raide, la plus exposé, la plus engagé, le ski de pente raide ne rime pas pour moi avec danger de mort à chaque virage! Au contraire il s'agit d 'une discipline liant le ski à la montagne, un style de ski, une technique et une gestuelle adaptée à chaque ligne, une préparation, des rêves...
Pour être un bon skieur de pente raide il faut déjà être bon alpiniste!
J'ai été touché de voir que pour la plupart des lignes que nous avons ouvert il y a eu peu après notre passage des répétitions ou tentatives! Quel bohneur de sentir que ce que l'on fais touche des gens au point d'aller vivre leurs propres histoires dans ces itinéraires!

J'ai eu la chance également d'être accompagné sur chaque projet par des athlètes de haut vol, Kilian Jornet, Douds Charlet, Pierre Tardivel et dernièrement Bastien Fleury.
Le skieur et alpiniste le plus remarquable à mes yeux est Sébastien Montaz Rosset, tout le temps derrière la caméra il à tout de même skier trois nouveaux itinéraires à mes côté tout en pensant à l'écriture d'un film, retraçant nos aventures, notre passion, notre discours sur le ski de pente raide.
"Kingdom of the Vertical" sortira en novembre 2013 
L'idée de faire un film ne nous a en rien poussé à faire n'importe quoi, au contraire il remet au goût du jour une discipline qui est depuis un moment dans l'ombre du freeride!

Le 23 novembre 2012 accompagné de Kilian Jornet nous avons skié l'éperon Migot au Chardonnet par l'itinéraire d'alpinisme. 500m 45 50 degré, première descente.

Partis à 5h du matin du village du tour et rejoins par Kilian à la rimaye à 8h30, nous avons skié du sommet sans utiliser de rappel, évitant une goulotte de glace par des plaquages de neige! 
J'étais monté nombres de fois avec des clients et avais déjà skié les versant Sud, Ouest et Nord de cette montagne, pouvoir vivre une aventure au Chardonnet faisais partie d'un rêve, de plus Kilian est rentré d'un pas de géant dans le milieu de la pente raide! 


Le 6 janvier 2013 accompagné de Pierre Tardivel et de Sébastien Montaz Rosset nous avons skié dans le versant EST de la Roualle, dans les Aravis.  
600m 45 degré première descente

Partis du hameau de la giettaz, j'etais tout sourir de voir qu'au sommet de la Roualle on aurais pu accéder par l'autre versant ( télésiège de la balme à 30min), mais la règle d'or du ski de pente raide est de remonter par le même itinéraire que l'on va skier, dans la mesure du possible! Cela te garantit de connaître et analyser les points clé de ta descente, les changements de neige, la glace, les rochers...
C'etais notre première rencontre avec Pierre et j'étais enchanté à l'idée de partager une descente avec lui, " le maître", de plus dans son jardin des Aravis... Il en a écrit des histoires dans ces pentes des pré alpes et j'avoue avoir été accroché à toutes ces paroles, mais aussi à l'analyse technique de son ski, " comment y ski Tardivel?" j'ai beaucoup appris et me suis inspiré de sa technique pour faire évolué la mienne! Avec Pierre c'est pas des grands discours sur lui où ça technique, tous c'est fais naturellement et simplement dans le partage d'une belle journée entre passionnés!


Le 17 février 2013 accompagné de l'ami et compagnon de cordée Douds Charlet en snowboard nous avons ouvert un couloir versant Ouest de l'arête des grands montets. Au départ de la pointe gigord nous l'avons appellé le couloir Frigor, 400m rectiligne à 45-50 dégrée.



Un bohneur de trouver se couloir pourtant si proche de l'arrivée du téléphérique des grands montets. Cette proximité en fera pour sur une nouvelle descente "classique". Il ne faut en revanche pas sous estimer les 2 longueurs mixte d'accès au sommet du couloir...


Le 25 avril 2013 accompagné de Sébastien Montaz Rosset nous avons skié en face Nord de l'aiguille Verte par une ligne voisine du couloir couturier que nous avons nommé les Z.
800m 50 degré première descente

 En rouge notre descente, en jaune le couturier 
Un moment fort de mon hiver car skier depuis le sommet de l'aiguille verte en face Nord sans utilisé de rappel est un long et très beau voyage.
Ça faisais 4 ans que j'imaginais cette descente, je n'avais malheureusement jamais pu y aller, peut être que j'étais pas prêt... Pas forcément plus engagé et technique que son majestueux voisin, les Z offre une vrai ballade ski au pied. 

L'Arête Kuffner!!!
L'imprévu, la ligne que j'osais même pas imaginer...
Une belle histoire remplit de réussite, liée à la météo et au condition de neige! 
Mai 2013, les journées de mauvais temps s'enchaîne, la mousson à chamonix... Partis la veille dans le mauvais temps en espérant rejoindre le bivouac de la fourche on c'est finalement arreté au refuge des cosmiques... 
Partis au départ avec une tout autre idée on c'est finalement retrouvé à grimper sur l'arrête kuffner, j'avais tout de même fais de nombreux repérages dans le secteur... On c'est arrêter à la brèche de l'androsace pour skier l'itinéraire d'alpinisme par lequel on venait de monter!

Lors de cette descente j'ai eu un vrai sentiment d'engagement une sensation de skier dans le ciel! J'ai ressentit l'effet que la faute ne pardonne pas, c'est pour moi la plus technique, la plus engagé, la plus oser des descentes que j'ai skié à ce jour. Tu ski sur une arête effilé avec de chaque côtés pas moins de 600m de pente vertigineuse! Un balcon dans les airs! 
L'émotion, des larmes d'adrénaline! J'ai jamais recherché cette sensation et ne demande pas forcément à la revivre, en tous les cas cela aura été une expérience des plus forte et des plus marquante de mon hiver...



Jeudi 13 Juin 2013
Enchaînement Mont-Blanc versant W, descentes des pointes Pfann et remonté au piton des italiens pour une descente en versant nord, sous la face nord de bionnassay.
Partagé avec Bastien Fleury un jeune skieur alpiniste de la vallée de chamonix. Cette réalisation représente pour moi le futur de la pente raide. Skier dans des versants sauvage, rarement visité à ski. Imaginé des combinaisons possible entre différentes montagnes par des lignes esthétique et qui attire les rêves.
J'ai rêver de cet enchaînement la quasi totalité de l'hiver... 

 Face Ouest du Mont Blanc descente des pointes pfann



Face nord du piton des italiens
J'ai longtemps pratiqué la compétition en ski alpin puis en skicross et également en freeride. Mais j'ai réelement trouvé mon chemin en ski de pente raide! La liberté liée au choix des itinéraires, la complexité des conditions, l'imagination de nouveau itinéraires ou enchainements en font pour moi une discipline complète et je ne doute en rien de l'évolution qu'il va pouvoir y avoir dans les années futures...


vendredi 14 juin 2013

Enchaînement Face Ouest du Mont Blanc et Piton des Italiens




Ci joint le tracé de notre journée
En rouge les montées, en bleu les descentes


Sommet du Mont-Blanc, toujours contents!

Jeudi 13 Juin 2013, accompagné de Bastien Fleury, jeune skieur alpiniste chamoniard ultra doué. Nous avons réalisé l'enchainement de deux descentes très sauvages entre versant ouest du Mont-Blanc et Pitons des Italiens.

Bastien lors de la remontée au piton des italiens
moments de bonheur...


Ce projet a longtemps germé dans mon esprit, il s'agit pour moi d'une réelle évolution dans ma pratique. En effet près de 2000m de dénivelé positif et 3000m de négatif dans des itinéraires très peu parcourus, le tout à 4000m!

Cette descente est le fruit d'un printemps dédié au ski de pente raide et à des années d'expérience en montagne. Ces itinéraires offrent une vraie aventure en altitude!

Pouvoir s'exprimer dans des pentes qui ont autant d'ampleur fais partie d'un rêve et la sensation que ces descentes nous on procuré restera d'immenses souvenirs!

Nous sommes donc partis à 3h40 du refuge des cosmiques, les conditions de montée par les trois monts étaient extraordinaires avec un lever de soleil intense et bouillonnant qui nous annonçait une toute belle journée. Nous avons pu prendre le temps d'un break au sommet du Mont-Blanc. A l'entrée de notre descente en face Ouest à 7h. La neige dure annonçait une descente physique mais surtout riche de sensations! Plonger dans l'ombre ce n'est pas moins de 1300m de dénivelé qui nous attendaient, de plus, par de longues traversées nous avons prolongé notre voyage d'immersion en Face Ouest. La neige était dure mais on le savait, on savait également qu'il fallait skier tôt cette pente car la remontée ensuite au col des aiguilles grises et pitons des italiens est exposé EST. Il a donc fallu s'employer et rester concentré à chaque virage, en plus, avec nos skis très fins sous le pied la prise de carre est difficile à jauger, cherchant l'équilibre pour ne pas toucher la chaussure!!! Je n'ai jamais autant skié avec un piolet à la main et me suis beaucoup inspiré  de mes amis snowboardeurs...



On avait repéré cette ligne depuis le sommet de l'aiguille de bionnassay la semaine d'avant ou nous avions skié la face Nord

On a ensuite pris pied sur le glacier du dôme et avons rapidement rejoint la voie normale italienne du Mont-Blanc. C'est à 8h a l'altitude 3500m que nous avons rechaussé les crampons pour monter au piton des italiens via le col des aiguilles grises! Les conditions de regel nocturne nous ont permis de prendre plaisir lors de cet montée tout en restant en sécurité grâce à notre horaire rapide, on était à 9h au sommet du col des aiguilles grises. On avait ensuite plusieurs idées de descente en versant nord, soit depuis le sommet de l'aiguille de bionnassay soit depuis le sommet du piton des italiens ou nous avions repéré la semaine d'avant une descente en diagonale. On a pris l'option piton des italiens car cette descente nous semblait la plus esthétique et la plus logique dans une idée d'enchaînement.

La diagonale en face nord du piton des italiens

C'est à 10h que nous avons chaussé les skis pour partir "à vue" dans cette ligne qui nous a réservé des surprises...
Depuis le bas tout semble "facile" et "pas raide", dedans en revanche c'est une toute autre histoire...
La diagonale est au dessus d'une immense barre de séracs ce qui ajoute un effet de "balcon suspendu". La sortie de la ligne a été difficile à trouver, mais avec rapidité on à trouvé notre passage et avons rejoint le glacier de bionnassay.

  
Bastien au départ de la deuxième descente


Bastien en action dans la "diagonale"

Nous avons ensuite rejoint rapidement le nid d'aigle a ski et sommes descendus par les rails juqu'au télécabine de bellevue. De là on a pu descendre en 4/4 avec nos amis Alexandre Pittin et François Régis Thevenet qui étaient eux aussi au Mont-Blanc ce même jour!
Une petite dédicace à nos amis Douds Charlet, Christophe Henry, Nathan Wallace avec qui on a passé de bons moments au refuge!


Merci d'avoir pris le temps de tout lire


mardi 11 juin 2013

France 3 Sujet dans Tout Le Sport

Des belles images de Sébastien Montaz Rosset accompagné de très sympathiques commentaires de Pierre Etienne Leonard. Un sujet qui annonce un film haut en couleur...
Le sujet commence à 8 minutes

Merci

http://pluzz.francetv.fr/videos/tout_le_sport_,83487664.html

lundi 13 mai 2013

Mont Maudit "L'Androsace" English Version


Saturday 11th May, Sébastien Montaz and I skied the well known alpine route, the Kuffner ridge on Mont Maudit.
Starting from the brêche de l'Androsace (not possible from the summit as it would have required a 50 metre rappel) 100 metres of skiing down the south-east couloir on the Brenva side, then a climb up in crampons to the snowy ridge that forms the cornice on the Kuffner ridge. Descent via the normal climbing route, with one 60 metre rappel.
We believe that Jean Marc Boivin an Eric Bellin skied the south east couloir on the Brenva side, starting from the brêche de l'Androsace with a rappel.
The ski descent of the Kuffner climbing route is one of the most airy, exposed and committing routes I have skied - an aesthetic and technical route requiring ski and alpine skills.
Even without starting from the actual summit, 600 metres of ski descent on this mythical route normally ascended with crampons and ice axe, it's a breathtaking line between the maudit comb and the east face of Mont Blanc.
We left the Cosmiques refuge at 2am, climbing three quarters of the route at night. Not too easy to find your way in the dark! We got to the breche de l'Androsace with the first rays of sunshine at 6.30am. We started skiing at 7am and were back in Chamonix at 12. A beautiful day in the mountains.
It's hard to know if this constitutes a first descent if not, so if you have heard of anyone having skied the route before, let us know!

dimanche 12 mai 2013

Mont Maudit "L'androsace"

Samedi 11 Mai accompagné de Sébastien Montaz, nous avons skié l'itinéraire d'alpinisme de l'arête Kuffner au Mont Maudit.




Départ de la brêche de l'Androsace (pas de départ du sommet car trop engagé et nécéssité d'installer un rappel de 50m...), 100m de ski dans le couloir Sud Est versant brenva, puis remonter en crampon sur l'arête neigeuse qui forme la "corniche" caractérisique de cette Arête Kuffner. Descente ensuite par l'itinéraire classique d'alpinisme. Utilisation de 1 rappel de 60m.


 Photo illustrant notre départ de la "corniche", nous avons commencé à skier plus haut, sur la gauche de l'Androsace et dans le couloir à l'ombre.


D'après nos infos Jean Marc Boivin et Eric Bellin avaient skié dans le secteur, accès depuis le haut avec rappel et départ de la brêche de l'Androsace dans le couloir Sud Est versant brenva.

 La descente à ski de "l'Androsace" par l'itinéraire d'alpinisme de l'Arête Kuffner est à mon goût, une des plus aérienne, exposé et engagé que j'ai skié, une descente de "haut Vol" d'un intérêt esthétique et d'engagement liée à la combinaison de l'alpinisme et du ski.
Elle représente un intérêt même si elle ne part pas d'un sommet. 600m de descente à ski dans un itinéraire mythique ou on a plutôt l'habitude de grimper avec crampons piolets. Son ambiance est à couper le souffle naviguant entre combe maudite et versant Est du Mont-Blanc.

On est partis à 2h du matin du refuge des cosmiques, on à grimper les 3/4 de l'itinéraire dans la nuit! Pas si facile de trouver son itinéraire dans l'obscurité...

On est arrivé à la brêche de l'Androsace avec les premiers rayons du soleil à 6h30.

On a commencé à skier à 7h pour être à Chamonix à 12h

Une toute belle journée en montagne

 Il est toujours délicat d’affirmer avoir ouvert une ligne sans en être absolument sur. C'est pour cela que je me tourne vers vous, avez vous déjà entendu parlé d’un skieur ayant parcouru cet itinéraire ? 


Merci à mon compagnon skieur Sébastien Montaz, ainsi que Katie Moore, Simon Hutchings et Pascal Brun pour leur prise de vue aérienne.